En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.

 Site de Cleurie.com

 

 

 

Le lieu-dit "la Charme" à CleurieLe lieu-dit "Morlexard ou Morexard" à CleurieLe lieu-dit "Petit Sainte-Sabine" à CleurieLe lieu-dit "La Mousse" à CleurieLe lieu-dit "Le clos de Lamberfaing" à CleurieLe lieu-dit "Le col du Singe" à CleurieLe lieu-dit "Faing la Grue" à CleurieLe lieu-dit "le Savoyen" à CleurieLa pierre de Kerlinkin, à St-Etienne les Remiremont (à quelques pas de la commune de Cleurie)Le lieu-dit "l'Etang de la Bîme (ou de l'Abîme)" à CleurieLa "Pierre le Lièvre" (à quelques pas de la commune de Cleurie)Le lieu-dit "Purifaing", à St-Etienne les Remiremont (à quelques pas de la commune de Cleurie)Le lieu-dit "les Rubiades" à CleurieLe lieu-dit "Sainte Sabine", à St-Etienne les Remiremont (à quelques pas de la commune de Cleurie)La "Fontaine Saint-Augustin" à CleurieLe plateau au dessus de la "Fontaine Saint-Augustin" à CleurieLa ferme "Jacquerey" à CleurieL’assèchement d'une tourbièreUne "République" à Cleurie...Les Publications des Amis de la Vallée de CleurieLa scierie Blaison à CleurieLa reconstruction de l'École de CleurieL'École de CleurieLe chantier de granitLes Croix ou Calvaires de Cleurie

La Pierre Le Lièvre

 

retour accueil de Cleurie.com

 

En poursuivant la route qui, depuis la chaussée de l’étang de l’Abime, se dirige vers les Trois Rupts et Le Tholy, nous rencontrons plusieurs ruines au bord du chemin.

Tout d’abord l’ancienne ferme de Charles Louis, qui faisait autrefois café, dissimulée dans un groupe de buissons. 

Plus loin, à gauche d’une passée communale marquée par deux murs de pierres sèches, la ruine de la maison de Reinette des Tourbières, dont le nom était Pierrel. A droite de cette passée communale, mais toujours à gauche du chemin, se trouvent les vestiges de la maison d’un nommé Durand, que l’on appelait le marchand de chiens, parce qu’il possédait deux gros chiens. En 1914, les prés alentour étaient encore fauchés. 

Lorsque l’on parvient au croisement avec le chemin de Tendon, nous apercevons, à droite de ce chemin, la propriété de la Pierre Le Lièvre avec en son milieu les ruine de la ferme, autrefois habitée par une famille Viry, les ancêtres de Henri Masson. On raconte que la grand’mère Viry allait jusqu’au Houssot pour puiser l’eau dans des citernes naturelles qui recueillaient l’eau de pluie, car la ferme ne disposait pas de source. 

A  proximité de la ferme, se trouve  la Tête du Houssot, qui est une modeste éminence. Le lieu-dit Le Houssot évoque la présence de houx sur ce plateau. Il y a encore à cet endroit un ensemble de roches, qui forme une figure ressemblant à un lièvre, c’est la Pierre Le Lièvre. 

Célestin Méline, dans son ouvrage « Les Montagnards Vosgiens », avance l’idée que des hommes préhistoriques auraient utilisé ces pierres comme atelier de taille de silex ou bien auraient pratiqué sur ces pierres à cupules des sacrifices d’animaux.

haut de la page