En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.

 Site internet du village de Cleurie - Vosges

 

 

 

La Bibliothèque des Amis de la Vallée de CLEURIE

 

 

L'association des Amis de la Vallée de Cleurie a été créée en 1973 dans le but de sauvegarder et de développer le patrimoine des villages de la vallée.

Son premier défi fut de sortir de l'oubli Xavier Thiriat, l'écrivain vosgien né à Plaine Cleurie en 1835. Elle a notamment réédité deux de ses ouvrages, La Vallée de Cleurie (1869) et le Journal d'un Solitaire (1866). Désirant continuer l'œuvre de cet homme, elle assura la publication d'autres livres et opuscules intéressant la vie de la vallée jusqu'à nos jours.

Il est apparu opportun, après plus de quatre décennies d'activité, d'ouvrir la bibliothèque que s'est ainsi constituée l'association. Ces publications sont disponibles à la Mairie de Cleurie, siège de l'association, et dans les librairies des environs.

 

La Vallée de Cleurie.                    de Xavier Thiriat. (1869).

Editions du Sapin d’Or. Seconde édition en 1974. 458 pages. 23 euros.

En publiant en 1869 "La Vallée de Cleurie", Xavier Thiriat a voulu livrer les connaissances qu'il a accumulées sur son pays natal, l'histoire des villages et des hameaux, l'étude des fêtes et des coutumes qui jalonnent la vie et les saisons, la description des activités agricoles et du mode de vie des habitants, le recueil des croyances en usage dans la vallée...

En rééditant en 1974 cet ouvrage devenu introuvable, l'association a voulu le remettre à la disposition des familles de la vallée afin qu'elles connaissent mieux les conditions de vie de leurs aïeux.

 

Ecrits Intimes de Jeunesse. (1866).                     de Xavier Thiriat. (Journal d'un Solitaire) par les époux Husser.

Edition Gérard Louis. 1993. 489 pages. 35 euros.

Xavier Thiriat connut son heure de gloire avec la publication de son "Journal d'un Solitaire", qui fut couronné par l'Académie Française.

Avant de devenir une œuvre littéraire, ce journal fut le cri d'une émouvante sincérité d'un jeune homme que le malheur avait rendu sans avenir. Perclus des jambes, prisonnier dans sa ferme isolée comme un oiseau en cage, inapte à l'exercice d'une profession, incapable d'envisager de partager sa vie avec une compagne, Thiriat vit ses aspirations et ses ambitions sombrer avec lui dans le néant.

Il se réfugia alors dans la lecture et s'initia à la météorologie et aux sciences naturelles. Il observa et écrivit. Il devint le correspondant de plusieurs sociétés savantes, publia des articles, connut le succès. De "bête curieuse" qui n'inspirait que la pitié, il était parvenu, grâce à l'étude et à l'écriture, à trouver sa place dans la société des hommes et à susciter de leur part l'estime et la considération.

Au-delà de ce cheminement personnel, Xavier Thiriat évoque dans son Journal d'un Solitaire le quotidien de sa vie et de la vie de ceux qui l'entourent. Il revit avec ravissement les jeux de son enfance, les feux de la Saint Jean, les fastes de la fête patronale...

La publication en 1993 des Ecrits Intimes de Jeunesse est plus que la septième édition du Journal d'un Solitaire, dans la mesure où ont été inclus dans cet ouvrage "Les Lettres à Jules" et les "Poèmes retrouvés". En outre, la documentation impressionnante accumulée par les époux Husser sur Xavier Thiriat, sur ses proches et sur son temps en fait un ouvrage particulièrement précieux.

 

Histoire de la paroisse de Julienrupt.    BCunin. Editions Gérard Louis. 1992. 126 pages. 12,50 euros.

L'association des Amis de la Vallée de Cleurie a voulu offrir au curé Bardelli, un de ses plus fidèles membres, à l'occasion du cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotale, l'histoire de la paroisse qui lui avait été confiée depuis 1963.

Ce livre évoque les anciennes paroisses que fréquentaient jadis les habitants de la vallée, le Vieux Saint Amé, Le Tholy (1664), Saint Amé (1726). Il rappelle les difficultés qu'ont connues ceux qui ont construit l'église de Julienrupt et les événements importants qui ont marqué la vie de la paroisse.

 

La Libération de la Vallée de Cleurie.    B. Cunin. Editions du Sapin d’Or. 1981. 158 pages. Aujourd’hui épuisée.

Réédition en 2016. Bernard Cunin. Editions Gérard Louis. 317 pages. 22 euros.

Les combats de la libération de la vallée de Cleurie en septembre, octobre et novembre 1944 constituent pour les habitants l'événement qui a le plus marqué la mémoire collective. Il importait donc, au terme d'une minutieuse enquête, d'en faire le récit.

Le succès de cet ouvrage fut tel que la première édition fut rapidement épuisée. Aussi il fut décidé de procéder à une nouvelle édition fortement enrichie et davantage illustrée. Elle a été publiée en novembre 2016 aux Editions Gérard Louis.

 

Les fermes dans la montagne vosgienne.    1982 et Ph. Cunin. Editions du Sapin d’Or. 1982. 80 pages. 7,50 euros.

Cette étude a été publiée à l'occasion d'une exposition ayant pour thème l'habitat rural traditionnel. Après avoir évoqué les défrichements, les matériaux utilisés et l'implantation du bâtiment de ferme, les auteurs s'attachent à décrire chacune des parties de la ferme, l'habitation, la grange, l'écurie, le grenier et les annexes, et à expliquer les aménagements de chacune des pièces.

 

Le granit dans les VosgesB.Cunin. J. Martinoli. Imprimerie Flash 88. 1978. 31 p 3 euros.

Cette plaquette accompagnait une exposition sur le granit vosgien. La première partie retrace l'histoire de l'ouverture des carrières et de l'industrie du pavé dans la vallée de Cleurie. Tout en livrant ses souvenirs d'ancien carrier, Joseph Martinoli expose dans la seconde partie la situation actuelle de l'industrie du granit.

 

L'école et l'enseignement dans la vallée de Cleurie.    B. Cunin. Imprimerie Lalloz Perrin. 1980. 26 pages. 1,50 euros.

Cet opuscule a été publié à l'occasion d'une exposition sur l'école et l'enseignement dans la vallée de Cleurie. L'auteur évoque l'enseignement primaire au XIXème siècle et retrace l'histoire de chacune des écoles implantées dans la vallée.

 

Pierre Lucas, Curé de Saint Amé       Cunin. Imprimerie Lalloz Perrin. 1998. 40 pages. 7,50 euros.

L'abbé Lucas, qui fut curé de Saint Amé de 1929 à 1948, marqua de son empreinte la vie de ce village. Les anciens soulignent sa passion pour le théâtre, qu'il a fait partager à plusieurs générations de jeunes. Mais son souvenir reste attaché à des réalisations qui lui ont survécu, l'aménagement de la salle paroissiale avec le mémorial du Saint Mont et la rénovation du site du Vieux Saint Amé. En publiant les "Vieux papiers d'une vieille paroisse", il est devenu l'historien de sa paroisse.

 

Henri Adam, Curé du Tholy.  Cunin. Imprimerie Lalloz Perrin. 1998. 20 pages. 4,50 euros.

L'abbé Adam, qui fut curé du Tholy de 1891 à 1935, fut le témoin de plus de 50 ans de la vie de ce village. Même éloigné de sa paroisse dans les dernières années de sa vie, il demeura présent dans la vie et le cœur de ses paroissiens. Comme pour l'abbé Lucas, un hommage lui a été rendu par la publication d'une brochure illustrée à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa mort.

 

Histoire de La Forge    B. Cunin. Editions Gérard Louis.2002. 188 pages. 25 euros.

Le village de La Forge, implanté sur le coteau ensoleillé de la vallée de Cleurie, fut érigé en commune en 1790. La singularité de cette communauté tenait au fait qu’elle appartenait au Ban de Moulin, mais relevait de la paroisse du Tholy. La Forge ne trouva de centre que lorsque fut bâtie la mairie-école en 1881 et se sont installés quelques commerces.

En partie dévasté au cours des combats de la Libération en 1944, le village de La Forge connut un nouvel essor pendant la seconde moitié du XXème siècle. Sa population atteint aujourd’hui plus de 560 habitants.

 

Xavier Thiriat, écrivain vosgien du XIXème siècle.   B. Cunin. Editions Gérard Louis. 2006. 79 pages. 15 euros

Cette brochure contient une biographie de Xavier Thiriat et une description du sentier éponyme qui fait le tour de la colline de Chêvreroche, en souvenir du voyage que l’auteur fit en 1857 et qu’il immortalisa dans un récit inséré dans son ouvrage Journal d’un Solitaire.

 

L’usine Anne de Solène de Julienrupt.    B. Cunin. Editions Gérard Louis. 2007. 85 pages. 15 euros.

A l’occasion du centenaire de la construction de l’usine Anne de Solène, l’association des Amis de la Vallée de Cleurie a publié une histoire de cette entreprise, évoquant les périodes d’expansion et les temps d’épreuve. Anne de Solène est devenue une marque de notoriété internationale synonyme de tradition, d’élégance et de raffinement. Malgré cette excellence, l’entreprise est victime d’un environnement économique difficile qui menace son existence.

 

La vallée de Cleurie revisitée, 150 ans après Xavier Thiriat.                   Ouvrage collectif. Editions Gérard Louis. 2011. 283 pages. 35 euros

Cet ouvrage est né de la volonté de marquer le centenaire de la mort de Xavier Thiriat par un colloque réunissant des universitaires et des chercheurs locaux afin de mettre à jour son œuvre majeure La Vallée de Cleurie. Les Actes du colloque rassemblent donc les études présentées par ceux-ci et portant sur la géologie, l’histoire, l’agriculture, l’industrie…

 

Les Fiauves de la vallée de Cleurie.    B. Cunin. Editions Gérard Louis. 2013. 159 pages. 20 euros.

Les fiauves sont des contes et légendes qui ont eu cours dans le passé et qui se transmettaient de génération en génération, notamment lors des veillées ou des rencontres au café du village. Pleines d’humour, elles portent témoignage d’une vie à la campagne qui a disparu et révèlent l’âme des anciens.

 

Contribution aux travaux d’autres associations            L'association des Amis de la Vallée de Cleurie a également participé à la publication de l'Histoire de Liézey, assurée en 1995 par l'association des Artisans de Liézey, et de l'ouvrage Le Haut du Tôt, un village, une paroisse offert au public en août 1996 par l'association folklorique et sportive du Haut du Tôt.

L’Histoire de Liézey est disponible à la Maison de l'Artisanat à Liézey. Le Haut du Tôt, un village, une paroisse est en cours de réédition.  

 

L'Histoire de Liézey.       B. Cunin. Imprimerie Marchal à Gérardmer. 1995. 120 pages.

Les habitants de Liézey ont voulu marquer le deuxième centenaire de la création de leur village par la publication d'un ouvrage qui retrace son histoire.

C'est en 1795, pendant la Révolution, que fut construite l'église de Liézey, grâce aux efforts de toute la population. L'abbé Georgel, qui avait été contraint de se réfugier dans son village natal, entreprit des démarches afin d'être autorisé à créer une nouvelle paroisse, dont il devint le premier curé.

La commune de Liézey ne fut créée qu'en 1836 par le regroupement de sections détachées des communes de Gérardmer, de Granges et de Champdray. L'école du village avait été bâtie en 1822, grâce au travail de tous les habitants.

La vie du village est relatée dans tous ses aspects : les affaires communales, la vie paroissiale, les activités économiques. L'auteur s'attarde sur les épreuves des guerres, la guerre de 1914 - 1918, qui enleva la vie à 24 jeunes gens du village, les combats de la Libération qui entraîna d'importantes destructions.

Après une période de doute, le village de Liézey retrouva une nouvelle vitalité, grâce aux efforts de la municipalité et au dynamisme de l'association des Artisans de Liézey.

 

Le Haut du Tôt, un Village, une Paroisse.   B. Cunin. Imprimerie Prim’Plus à Basse sur le Rupt. 1996. 168 pages.

Le village du Haut du Tôt est lui aussi né de la volonté des habitants de construire une église au milieu de leurs fermes. Mais cette paroisse n'est pas devenue une commune, les habitants dépendant soit de la commune de Vagney, soit de celle de Sapois.

L'église a été bâtie en 1832 et le Haut du Tôt est devenu une paroisse en 1838. C'est la population qui, à la force des bras, a édifié l'église et le presbytère, dans lequel se tenait l'école.

Le Haut du Tôt eut une vie paisible qui ne fut troublée que par les guerres. La guerre 14 - 18 enleva la vie à 19 de ses enfants. En 1944, ce village connut des combats intenses et meurtriers, destinés à hâter la libération de Gérardmer.

Après la guerre, le village rechercha un nouveau souffle, notamment grâce au tourisme. L'école fut cependant fermée en 1990, ce qui fut vécu comme une marque de déclin.  L'association sportive et folklorique du Haut du Tôt manifeste cependant un grand dynamisme qui témoigne, malgré les difficultés, de la vitalité du village.

Haut de la page